CINE – DVD « Papa was not a Rolling Stone » de Sylvie Ohayon

PAPA+WAS+NOT+A+ROLLING+STONE+PHOTO3

Si la bande annonce musicale et dynamique donne plutôt envie, le film, lui, déçoit. Heureusement le naturel et la beauté de Doria Achour sauvent le film. Années 80, cité de la Courneuve, Doria joue Stéphanie, une belle jeune femme combative et intelligente. On se demande comment une telle perle a pu naitre dans une famille aussi détraquée. Un père biologique arabe inexistant, une mère juive complètement à la ramasse (Aure Atika) et un beau père bête et violent (Marc Lavoine). Sur le site internet http://www.viedemerde.fr elle en aurait à raconter ! Heureusement, elle peut compter sur la danse et sa prof (Sylvie Testud), ses livres de Zola et ses disques de Jean Jacques Goldman pour la sortir d’un quotidien bien morose. On se demandera par ailleurs ce qu’elle a pu trouver à ce jeune garçon, Rabah à qui elle donne sa virginité…

Un film inégal qui alterne entre les douces années adolescentes d’une jeune femme ambitieuse, en quête d’un idéal et le monde qui l’entoure peuplé de personnages idiots , abasourdis par leur triste quotidien et qui au final nous assomment aussi. Le massacre de langue française était-il nécessaire pour les abrutir encore plus ? Certes, il fait sourire au début mais « mise en bièle » pour « mise en bière », « tarte tapin » pour « tarte tatin » et l’auteur Zweig confondu avec un zguègue (pénis), ça énerve au final. Une note néanmoins plus que positive pour cette jeune actrice, Doria Achour, que l’on espère revoir très vite.

Films que je conseille avec comme thèmes principaux : les femmes et la banlieue

– « Bande de filles » de Céline Sciamma (2014)

– « L’ esquive » d’Abdellatif Kechiche (2003)

Par ailleurs, sur les femmes et la cité, je conseille le documentaire polémique, « La cité du mâle » pour la force de ses propos et les questions qu’il suscite. Il est un témoignage affligeant de ce qui peut se passer dans certains quartiers de banlieue.