CINE – PROJECTION PRESSE « Une famille à louer » de Jean-Pierre Améris

une famille à louer

L’idée de départ est aussi originale qu’intéressante : louer une famille. Paul-André a 40 ans, beaucoup d’argent mais pas de foyer. Violette, elle, est pauvre, mais a deux enfants. Paul-André va donc s’offrir ce que Violette peut lui vendre : la joie et le bonheur d’être entouré. Pour cet homme, handicapé des sentiments, la tâche va être ardue. Pour cette joyeuse famille bordélique et sans repère il va falloir trouver des règles. Alors bien évidemment, il y aura des malentendus, des allées et venues, des claquements de portes et des engueulades. Rome ne s’est pas construite en un jour, leur relation non plus. Le film est séduisant si on le voit comme il a été pensé, c’est à dire comme un conte. Pas de rapports malsains à l’argent, juste une histoire où deux adultes perdus se comportent comme des enfants. Benoit Poelvoorde semble habité par ce personnage timide, en marge, gauche et gêné. Virginie Efira joue assez justement tout son contraire, une femme à la limite de la vulgarité, courageuse, bavarde et séduisante. Un film léger qui fonctionne, tout simplement parce qu’il a le mérite de nous faire passer un bon moment.

« Une famille à louer » de Jean-Pierre Améris – En salles le 19 août