LIVRE – SELECTION GRAND PRIX DES LECTRICES ELLE 2016 « Noire » de Tania de Montaigne

L1010141

Ce livre est court mais terriblement puissant. Une histoire vieille de soixante-cinq ans remise au goût du jour. Tania de Montaigne pend la plume pour s’insurger contre le racisme ordinaire, remettant en perspective les luttes et les combats du passé qui ont fait tant de mal et qu’il est inconcevable de voir se répéter.

Dans une première partie, incisive, nerveuse, ironique, on découvre ce que c’est que d’être noir en Alabama dans les années 50. Tania de Montaigne nous interpelle, nous secoue, nous provoque. En maîtresse d’école amère mais surtout profondément meurtrie, elle nous donne un cours d’apprentissage. Sa plume crache sa colère, dépeint ces humiliations. On redécouvre avec tristesse la ségrégation, les places de bus réservées aux blancs, les distributeurs de Coca-Cola, les salles d’attentes. Tant d’injustices, d’absurdités, de folies qui pousseront Miles Davis à vouloir être blanc.

Puis vient l’histoire de Claudette Colvin. Cette jeune adolescente courageuse qui a osé s’insurger contre ce système et ce que la légende en a fait. Résonne en ces lignes la bravoure de ceux qui ont été de tous les combats, qui dans l’ombre ont lutté, non pour avoir une place dans l’histoire, mais pour réclamer justice. Dans ces lignes, on croise Rosa Parks et Martin Luther King, des noms connus de tous, mais n’oublions pas qu’ils n’ont rien fait seuls. Derrière ces grands hommes, se cache de plus petites personnes, inconnues ou écartées de la lumière, mais sans qui l’histoire n’aurait pu se mettre en marche.

Ce livre vous prend aux tripes, vous apostrophe, vous chamboule. Tania de Montaigne manie les mots avec hargne, fougue et habileté. On en sort rincé d’avoir été pris autant à parti, mais subjugué par une écriture et un ton d’une justesse irréprochable.

« Noire » de Tania de Montaigne – Editions Grasset 2015