CINE – PROJECTION PRESSE « L’ETUDIANTE ET MONSIEUR HENRI » D’YVAN CALBERAC

etudianteetmonsieurhenri-poster-de-fr-it

Plusieurs pièces de théâtre ont été adaptées au cinéma avec succès, je pense notamment au « Prénom » d’Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte ou « le Père » de Florian Zeller. Deux pièces de théâtre, deux films à découvrir. Ici encore, on passe des planches au grand écran avec prouesse. Loin du huis clos théâtral, on est agréablement transporté de la Province à Paris en passant par Londres mais c’est indéniablement dans cette belle exploration des sentiments que l’on voyage le plus.

C’est une bien jolie histoire qui nous est racontée ici. Loin d’être niais ou futile, voici le quotidien d’une jeune étudiante déboussolée, Constance, qui décide de monter à Paris pour s’émanciper de sa famille et plus particulièrement de son père qui la rabaisse à longueur de journée. Amoureuse de l’idée qu’elle se fait de l’indépendance, elle va louer dans la capitale une petite chambre dans l’appartement d’un vieil homme particulièrement aigri, sorte de Tatie Danielle au masculin. Conflictuelle au départ, leur relation explosive va évoluer au fil du film, la vie et ses tracas semblant rapprocher les êtres, inévitablement.

01-etudianteetmonsieurhenri

Noémie Schmidt qui fait ses débuts au cinéma joue avec justesse, alternant l’insouciance de la jeunesse, la peur de se tromper et d’échouer, l’envie, l’espoir et la pari fou de croire en ses rêves. Claude Brasseur, véritable monstre sacré, se plait à malmener son monde, et chacun en prend pour son grade. La jeune étudiante biensur, mais aussi son fils et surtout sa « bru » comme il la surnomme, un couple formé par Guillaume de Tonquédec, et Frédérique Bel, déconcertant et à mourir de rire. Mais le vieil homme piquant à souhait se révèlera heureusement tendre et plein de sagesse.

Au delà de l’émotion suscitée par les liens qui peuvent unir plusieurs générations qui semblent avoir terriblement de mal à se comprendre, il ressort de ce film une énergie qui galvanise, une furieuse envie de repousser ses limites et de se poser les bonnes questions, notamment celle ci : quand est-ce que je vais enfin me décider à faire ce qui me plait dans la vie ?

« L’étudiante et Monsieur Henri » d’Yvan Calbérac – En salles le 7 octobre

Ps : A suivre demain, mon interview de la ravissante Noémie Schmidt !

« L’étudiante et Monsieur Henri » d’Yvan Calbérac – En salles le 7 octobre