CINE – PROJECTION « SICARIO » DE DENIS VILLENEUVE

sicario

J’ai été fasciné par « Incendies », j’ai vibré devant « Prisoners », je suis restée perplexe face à « Enemy ». Je n’ai pas vu tous les films de Denis Villeneuve mais ceux que j’ai vus ne m’ont jamais laissée indifférente.

Son dernier film « Sicario » vous embarque à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique au sein d’une unité d’élite américaine livrant un combat acharné contre les cartels mexicains. Une femme, Kate Macer, agent de terrain du FBI, va être désignée pour intégrer une mission très spéciale durant laquelle ses idéaux et sa morale vont être mis à rude épreuve.

Un film puissant qui vous transporte avec force et intensité dans des zones de non droit, où une balle peut sortir de n’importe où, où le moindre geste et la moindre erreur, peuvent vous être fatal. La musique, les bruits métalliques, les paysages arides du Mexique et ses favelas renforcent cette atmosphère suffocante, toujours plus tendue. L’intrigue nous tient en haleine, à peine dévoilée, comme souvent avec Denis Villeneuve. On flirte régulièrement avec l’illégalité, on progresse à tâtons, comme sur un terrain miné avec la peur que tout explose.

A la « Zero Dark Thirty » une femme tient le rôle central du film, une femme dans un monde d’hommes. Le réalisateur nous expose avec habileté, mais non sans brutalité ses forces et ses faiblesses. Brillamment interprétée par une Emily Blunt aussi vaillante que vacillante sans cesse à bout de souffle, comme penchée éternellement au bord du précipice. Dans le rôle de l’homme qui n’a plus rien à perdre et qui cherche vengeance, Benicio Del Toro excelle. Avec l’aide de la CIA et l’insolent Matt Graver, joué par Josh Brolin, il va mener un combat jusqu’au boutiste pour tenter d’apaiser sa haine, combat où la CIA semblera y trouver son compte.

Ca saigne, ça transpire, ça explose. Certaines scènes comme celle du début et la découverte des corps, l’exfiltration spectaculaire et particulièrement haletante dans la ville de Juarez, ou l’expédition finale dans le tunnel sont à vous couper le souffle. Vous sortirez vidé de ce film mais subjugué par une si grande maitrise cinématographique.

« Sicario » de Denis Villeneuve – En salle depuis le 7 octobre