LIVRE AUDIO – « Le crime du comte Neville » d’Amélie Nothomb (Retour sur mon expérience du livre audio)

L1010144

J’ai fait cette semaine l’expérience du livre audio. Je dois avouer que j’étais particulièrement sceptique au départ étant une amoureuse des livres et de l’objet. J’aime analyser sa couverture, en tourner les pages, revenir en arrière, savoir où j’en suis, l’avoir à proximité quand j’ai du temps libre.

Néanmoins cela faisait longtemps que l’on me proposait d’écouter un livre, de sortir quelque peu de ma zone de confort, et appréhender différemment la littérature… J’ai donc essayé et le résultat est positif : j’ai trouvé l’aventure très réjouissante.

J’ai commencé par l’écouter dans ma cuisine. Ca a duré deux minutes. Je n’arrivais pas à me concentrer sur ma recette et sur le récit en même temps. J’ai donc attendu d’avoir cuit mon plat, pour tranquillement m’installer sur le sofa et profiter pleinement du roman sans en rater le moindre détail.

J’ai ensuite essayé d’écouter le livre audio en voiture. Sur un trajet court, même constat, il est difficile de se concentrer sur deux activités. Par contre sur un plus long parcours, au même titre que de suivre un journal d’actualité, il est possible de se focaliser sur les détails d’une histoire.

Je tire donc un bilan plutôt enthousiaste de cette expérience avec l’envie de la renouveler. Le roman d’Amélie Nothomb « Le crime du comte Neville » était approprié pour cet exercice parce qu’il est relativement court et que je connais bien le style de l’auteur. La voix animée et entrainante de Françoise Gillard est un vrai plus. L’un des seuls défauts du livre audio peut-être : on ne peut revenir en arrière, à moins de réécouter toute une partie du livre…

Une chose reste néanmoins certaine, pour savourer un livre, audio ou non, il faut être complètement disponible pour profiter pleinement du récit : en saisir l’intrigue, en apprécier le style, et pouvoir laisser libre cours à son imagination.

« Le crime du comte Neville » d’Amélie Nothomb – 2015  – Audiolib 2cd

A SUIVRE : Ma critique du livre « Le crime du comte Neville » d’Amélie Nothomb