INTERVIEW – Philippe Geluck

IMG_0679

Il arrive pour l’interview les bras chargés de paquets. Il a fait les courses pas loin et a acheté des boites pleines de chocolats pour ses proches. Il a le sourire, il embrasse tout le monde comme du bon pain. Philippe Geluck est en promo pour la sortie de son nouvel album : « Le chat fait des petits », constitué de trois petits livres : « Prêchi-Prêchat », « Les dessins du chat » et « Le scrabble du dimanche »

le_chat_fait_des_petits_02

le_chat_fait_des_petits_05

Il commence par parler avec amusement du petit album « Le scrabble du dimanche ». Dans cet ouvrage, il s’amuse à dessiner diverses situations dans lesquelles sa femme l’oblige à jouer au scrabble. Il avoue que beaucoup d’hommes viennent lui en parler, viennent se confier à lui. Selon ses propres aveux, ce court album délit les langues. Mais attention, tout le monde ne lui pas parle que de scrabble, non, il y a tant d’autres activités que les femmes imposent à leurs hommes le dimanche. Ces conversations l’amusent. On sent qu’il prend un malin plaisir à écouter les complaintes des uns et des autres. Peut-être se sent-il moins seul ? Philippe Geluck a quand même ses limites et clôt la conversation avec cette phrase « Le jour où ma femme m’obligera à regarder tout « Vivement dimanche », là c’est un cas de divorce ! »

Le Chat est plus ou moins connu de tous, et généralement, rien qu’a son évocation, il fait sourire. Lui qui croise du monde, a-t-il rencontré des personnes qui n’aiment pas son chat ?

Patrick Cohen ! s’exclame-t-il de but en blanc. Visiblement son douloureux passage dans l’émission « C à vous » sur France 5 n’est pas encore tout a fait cicatrisé. Il a selon lui était traité comme « un moins que rien ». Selon lui, Patrick Cohen n’est pas un grand un fan d’humour. Il a donné un avis négatif sur l’album mais il ne l’a pas lu. Peut-être ceux qui n’aiment pas le chat sont tout simplement juste ceux qui ne l’ont pas encore découvert …

Revenons-en au contenu des ses petites bd. Notre regard a-t-il changé, où les dessins sur la religion ou le fanatisme, on une connotation désormais toute particulière depuis le 7 janvier 2015 ?

Il fait une pause, réfléchissant à ce qu’il va dire. Il avoue avoir toujours dessiné sur ces sujets. Il prend en exemple « La bible selon le chat ».  Après ces tragiques évènements qui l’ont laminé, il déclare vouloir continuer ce qu’il a toujours fait, c’est à dire s’exprimer avec liberté, aborder tous les sujets comme la religion, les intégrismes ou les extrémismes. Par contre il ne se voyait surtout pas se mettre à faire des choses qui ne venaient pas naturellement. Il ne fera pas des dessins sur le prophète par exemple.Le plus bel hommage qu’il puisse faire aux disparus c’est de continuer à suivre la route qu’il a tracée. Dans ces nouveaux petits albums, il n’a pas souhaité mettre des dessins réalisés après les attentats. Sa volonté n’étant pas d’être opportuniste, ayant trouvé certaines aventures commerciales un peu glauques, il n’a pas eu envie de faire de même.

On parle ensuite de nouvelles plus réjouissantes comme l’ouverture en 2019 d’un musée du Chat à Bruxelles

Il confie avoir voulu élaborer une suite à la grande exposition de 2003 réalisée pour les vingt ans du chat à l’école des beaux arts de Paris. On pouvait y découvrir les origines du chat, des cartoons, des sculptures … Mais il a regretté par la suite que cet événement soit éphémère. L’idée lui est donc venue de trouver un lieu et d’en faire un musée permanent. Idéalement situé, le musée se trouvera au centre du quartier historique des musées, à deux pas du Palais Royal. Il y aura aussi des grandes expos bi-annuelles, consacrées aux maitres qui lui ont donné envie de dessiner : Sempé, Siné, Steinberg … mais aussi une exposition sur l’image du chat dans l’art depuis l’Egypte ancienne jusqu’à la bande-dessinée. Vaste programme !

On évoque aussi son spectacle : « Geluck sur scène »

Il raconte comment l’idée lui est venue, partant d’un constat simple : lors de ses dédicaces, il attrape des tendinites à force de dédicacer ses albums. Pour palier ce problème, et pour continuer à aller à la rencontre de ses lecteurs, il a créer un stand up d’une heure et quart, totalement improvisé, dans lequel cinquante dessins sont projetés et commentés.

Que de projets ! Il évoque également sa planche de bois. Une véritable planche de BD dans du bois, dit-il, pour jouer encore plus avec les mots. Elle sera bientôt mise en vente.

En se moquant gentiment de lui, on lui dit qu’on pourrait lui proposer n’importe quoi à faire avec son chat, que ça fonctionnerait!

Il nous rassure. On lui a proposé de nombreux projets qu’il a refusé. Par exemple, on lui demande depuis plus de 15 ans de représenter une marque de nourriture pour chat. On lui propose même pour ce projet, un chèque en blanc! Mais non, le chat ne doit pas servir à ca, il n’y aura pas non plus de yaourts, ni de moutarde. Il a fait une fois des préservatifs, mais pour la bonne cause, l’idée étant de dédramatiser l’acte. Prenant l’exemple de Spirou qui a pu proposer plus de 1000 objets dérivés, lui se défend d’en être qu’à trente, à tout casser ! Les projets concernant des amis où des belles rencontres sont plus susceptibles de lui plaire que d’autres.

Enfin, on le quitte, en lui demandant si parfois il n’en a pas un peu marre de son chat.

Non pas du tout, parce qu’il fait plein de choses : écriture, télé, dessins (détournement de gravure) … Le chat reste un bonbon, ce n’est pas une obligation mais une récréation

L’interview est terminée. On aimerait le garder, continuer à discuter avec lui, tellement il est agréable. Oubliant ses tendinites, il dédicace sa dernière bd avec le sourire et file à son hôtel. Une belle rencontre et une jolie idée cadeau pour Noel. 

« Le chat fait des petits » de Philippe Geluck – Editions Casterman 2015

http://www.geluck.com/actu.html