CINE – PROJECTION PRESSE « 21 NUITS AVEC PATTIE » DES FRERES LARRIEU

21 nuits

Ce film est un ovni totalement jouissif. Si votre moral (ou votre libido) est en berne, courez le voir, il est une véritable ode à la vie, au sexe et à la liberté.

Une jeune parisienne, Caroline, doit se rendre dans le sud de la France pour organiser les obsèques de sa mère, qu’elle ne connaissait que très peu. En arrivant elle est accueillie par Pattie, une amie de sa mère, qui va se mettre à lui confier avec force détails ses expériences sexuelles les plus torrides et les plus folles. Gênée, intriguée, Caroline va petit à petit découvrir le charme de ce lieu et celui de ses habitants si naturels et si attachants. Un endroit mystérieux qu’elle va devoir apprivoiser pour comprendre, et ça tombe bien puisqu’elle va devoir rester : le corps de sa mère vient de disparaitre.

"VINGT ET UNE NUITS AVEC PATTIE" un film de Arnaud et Jean-Marie Larrieu

Il faut se laisser emporter par ce film, lâcher prise, pour en savourer tous les détails. C’est un conte, mêlant rêve et réalité. Il faut savoir tendre l’oreille et se délecter de la musique complètement décalée, de ces paysages composés de lacs, de rivières et de forêts qui invitent à la rêverie. Se perdre entre la vie trépidante de ce village et la mort qui vient de sonner mais qui n’anéantit pas. Se laisser prendre au jeu de la disparition et partir à la folle poursuite d’un nécrophile. Se laisser séduire par cette liberté sexuelle sans entrave dont semble jouir la majorité des personnages. Karin Viard excelle dans le rôle de la dévergondée, qui parle avec gourmandise de sexe sans jamais rougir (un rôle qui lui allait déjà à merveille dans Lolo de Julie Delpy). Isabelle Carré interprète superbement une femme perdue, autant dans sa vie, que sexuellement dans son couple, et qui va finir par retrouver l’essence même des choses, le goût de la vie et des autres. Dans les rôles masculins, André Dussollier est tout en mystère et en poésie, Denis Lavant, comme à son habitude, tout en folie et en virilité.

Malgré quelques légers moments de flottements, notamment vers la fin du film, on se laisse bien volontiers séduire par cette comédie qui n’a rien d’un drame mais qui ressemble plutôt, malgré le décès de la mère, ou plutôt grâce à son décès, à une invitation au voyage, à la liberté, à la frivolité, à la vie dans ce qu’elle a de plus fou, de plus naturel de plus précieux.

« 21 nuits avec Pattie » d’Arnaud et Jean-Marie Larrieu, en salles le 25 novembre