LIVRE – SELECTION GRAND PRIX DES LECTRICES ELLE 2016 « Les gens dans l’enveloppe » d’Isabelle Monnin

L1010183.jpg

Comme le postulat de départ me tentait ! Une enveloppe avec l’histoire vraie de gens à l’intérieur. Une idée : inventer leur vie, puis rencontrer ceux qui restent, pour savoir qui ils étaient vraiment. L’expérience est singulière, le rendu est malheureusement un peu décevant.

La première partie porte sur l’histoire inventée, découpée habilement en trois chapitres. Au début, une jeune fille à la parole, une gamine profondément malheureuse qui raconte avec ses mots d’enfant sa peine d’avoir été abandonné par sa mère. Le chapitre suivant se situe du côté de la mère cette fois : une vie ennuyeuse, une rencontre, les raisons du départ. La fin sera racontée par des lettres. La jeune femme partie à son tour envoie à sa grand-mère qui est restée les détails de ses recherches. Trois femmes, une histoire. Des vies ordinaires, comme il en existe des milliers, mais qui deviennent uniques au fil des pages. C’est joliment écrit, on se laisse bercer par ces mots, attendrir par cette histoire. C’est court mais suffisant pour donner envie de découvrir la vérité sur ces personnages, ce qui n’est que fiction, ou au contraire, similaire au récit.

La deuxième partie du livre porte sur l’enquête. Les photos de l’enveloppe et le cheminement de l’auteur nous sont dévoilés. Il aurait été à mon sens plus intéressant de mettre ces photos au début du livre pour que le lecteur soit invité à partager cette expérience avec l’auteur. Il aurait pu être complice, il en devient simple spectateur. L’auteur décide de comparer sa fiction avec la réalité, en se faisant une promesse : ne rien toucher à l’histoire inventée précédemment. Elle va à la rencontre de ces « gens » afin de connaître leur véritable histoire. Les protagonistes défilent, chacun donnant sa version, parfois faite de vagues souvenirs. En tenant une sorte de journal intime au jour le jour, et à tout vouloir raconter, on perd parfois un peu le fil de l’histoire en essayant de savoir qui est qui. On s’égare d’autant plus que l’auteur y mêle souvent en plus ses propres souvenirs… Heureusement un arbre généalogique en fin de récit nous aide à remettre de l’ordre dans le puzzle.

Au final, on termine ce livre avec un sentiment mitigé. L’expérience est singulière, plutôt bien menée, émouvante par la fiction puis par ces rencontres, très touchante grâce à ces « gens » qui ont accepté de jouer le jeu et que l’auteur a su raconter et mettre en valeur. Le cd d’Alex Beaupain est un agréable bonus ajoutant à ce livre un surplus d’originalité et de tendresse. Malheureusement à vouloir trop en dire lors de l’enquête, on se perd un peu dans des détails superflus, certains trop axés sur les souvenirs et le ressenti de l’auteur quant on aurait voulu un livre entièrement dédié à ces si jolis personnages.