CINE – PROJECTION « LES CHEVALIERS BLANCS » DE JOACHIM LAFOSSE

Chevaliers blancs.jpg

Je vous avais conseillé « Les chevaliers blancs » dans les films à voir cette année, et je ne suis pas peu fière : il est vraiment à la hauteur de mes attentes ! Un film librement inspiré du fiasco humanitaire de l’Arche de Zoé en 2007, mais n’ayez pas peur, il n’est pas nécessaire de maîtriser cette affaire sur le bout des doigts pour en comprendre l’intrigue. Au contraire, laissez-vous embarquer dans cette aventure insensée, habilement racontée et intelligemment interprétée.

Une association arrive en Afrique dans un camp aménagé pour venir en aide à des enfants orphelins. Sur place, les humanitaires vont tenter de convaincre les chefs de village alentours qu’ils vont s’occuper de ces victimes de guerre en créant un orphelinat. Mais ce qu’ils oublient de préciser, c’est qu’ils ont prévu de ramener un nombre bien précis d’enfants en France, sans en parler aux autorités. En effet, plusieurs familles françaises ont financé le voyage, dans l’espoir de pouvoir adopter ces orphelins.

Un film fort, qui pose de vraies questions sur les projets humanitaires. Dans des pays corrompus où les lois sont rarement respectées, les irrégularités et la confusion règnent. Dans ce cas précis, les membres partent avec un réel bon sentiment, celui d’aider des orphelins. Mais leur projet déjà bancal, va rapidement devenir illégal. Sans assez d’orphelins à emmener, ils se retrouvent pris au piège face à des promesses qu’ils ne peuvent pas tenir et s’enlisent dans une situation contestable à bien des égards. Peut-on s’occuper de tous les enfants, même de ceux qui ne sont pas orphelins ? Vincent Lindon et Louise Bourgoin interprètent avec sincérité et gravité ce duo d’humanitaires obstinés et aveuglés, persuadés de faire le bien. Reda Kateb est tout aussi convaincant dans le rôle du pilote nerveux, désabusé. Valérie Donzelli, dans le rôle de la journaliste dépassée par les événements, est quant à elle, un peu moins convaincante. Qu’a cela ne tienne, ce drame est prenant, haletant, raconté au jour le jour, démarrant à un rythme effréné pour finir embourbé dans les sables mouvants.

« Les chevaliers blancs » de Joachim Lafosse – Actuellement en salles