CINE PROJECTION – « EPERDUMENT » DE PIERRE GODEAU

Eperdument affiche

A voir absolument en salles cette semaine : Eperdument. Après « La vie d’Adèle » j’ai été à nouveau éblouie par la beauté naturelle d’Adèle Exarchopoulos. Il se dégage d’elle une sensibilité et un glamour qui m’émeuvent. A la fois touchante comme une gamine et déstabilisante telle une femme fatale. Parfaite donc à mon sens pour incarner cette jeune détenue qui va tomber amoureuse du directeur de la prison dans laquelle elle est enfermée. On ne sait pas pourquoi elle est condamnée et au final on s’en moque. Ce qui nous intéresse c’est cette passion interdite, filmée en milieu carcéral, où l’amour n’a pas sa place, et certainement pas le leur. L’ambiance est pesante, glaçante même : les portes claquent, les verrous grincent, les femmes crient. Leurs ébats secrets apportent un peu de chaleur dans cet univers sinistre mais il est chaque fois une source de stress effrayante. Ils n’ont pas peur d’être pris, mais nous on a terriblement peur pour eux : n’auraient-ils pas dû être plus méfiants ? Adèle Exarchopoulos apporte une délicate sensibilité mêlée à un charme érotique fou. Guillaume Gallienne est convaincant, surtout quand il perd pied.

Dans ce film j’ai vu du « Orange is the new black » pour le côté girly en prison, du « Prophète » d’Audiard pour le côté plus sombre et impitoyable, un peu aussi de Kechiche avec son film « L’esquive » pour la récitation revisitée d’un texte littéraire. J’ai beaucoup aimé ce film, il a su me toucher et la fin ne m’a pas déplu. A vous de vous faire votre avis !

« Eperdument » de Pierre Godeau – en salles actuellement

Et pour aller plus loin sur ce film inspiré de faits réels, je vous conseille ce très bon article du magazine Elle : http://www.elle.fr/Societe/News/Eperdument-l-histoire-vraie-d-une-femme-fatale-3060319