CINE PROJECTION « VICKY » DE DENIS IMBERT

Vicky.jpg

Dans la famille Bedos, je demande la fille. Victoria ou plutot Vicky. Une jeune femme qui a du mal à trouver sa place entre un père et un frère connus, deux monstres qui ne lui laissent que très peu de place pour exister. Dans le film, le nom Bedos est changé pour Bonhomme, on prendra donc ce film pour ce qu’il est, une auto fiction. On ne sait pas trop démêler le vrai du faux et on a du mal à vrai dire à s’attendrir sur la peine de cette pauvre petite fille de famille riche. Mais il faut dépasser ce sentiment et voir ici un film sur l’existence, sur l’acceptation de soi et l’envie d’être libre. Sur ce point le film fonctionne et on arrive alors à être touché par cette jeune fille perdue, qui peut se montrer parfois très cash (sa première jouissance, ses paroles de chansons) ce qui peut sacrément nous décontenancer ou alors complètement à l’inverse avoir ce côté très introverti, un peu neuneu à la ugly betty qui nous met mal à l’aise mais qui rend Victoria tendre, simple et naturelle.

C’est un joli film, qui fait du bien, alors on ne boude pas notre plaisir. Certes, il y a des scènes qui ne marchent pas comme celle au bar où Vicky au ralenti découvre Banjo, mais il y aussi de jolis moments comme cette complicité mère/fille, avec la très drôle Chantal Louby, ou cette scène finale à l’Olympia. A la fin, on a envie d’écouter Benjamin Biolay à en devenir mélancolique, découvrir le groupe Vicky Banjo ou chercher des infos sur cette nouvelle venue dans la famille Bedos qui nous plait bien : Victoria.

« Vicky » de Denis Imbert – Actuellement en salles

Et pour découvrir Vicky Banjo :