EXPO « OSCAR WILDE, L’IMPERTINENT ABSOLU » AU PETIT PALAIS DE PARIS

capture-decran-2016-10-08-a-16-39-03

Très jolie exposition au Petit Palais de Paris consacrée à Oscar Wilde. Pour ceux qui ne connaitraient pas le dandy, qui a été, pêle-mêle : critique d’art, poète, écrivain, c’est une belle occasion de le découvrir.

L’exposition qui retrace la vie du dandy de manière chronologique, (où les photos sont malheureusement interdites) débute sur un portrait d’Oscar Wilde, lui même, semblant nous accueillir à bras ouverts. On y découvre alors les différentes périodes de sa vie, en 7 étapes clés :

– Sa naissance à Dublin en 1854, ses études à Oxford puis à Londres.

– Ses années comme critique d’art à la Grosvenor Gallery. Ici, de nombreux tableaux sont exposés, avec en dessous la critique qu’avait pu en faire Oscar Wilde à l’époque.

Note personnelle : On y découvre par exemple ce tableau de James Tissot « Holyday » dont il trouve trop « photographique » la représentation de repas champêtre.

capture-decran-2016-10-08-a-16-36-42

« Holyday » de James Tissot (1876)

– La conquête de l’Amérique et les photos célèbres du dandy, prises par le très réputé Napoléon Sarony. Oscar Wilde, très apprêté, porte des bas de soie, une culotte courte et une veste en velours. (cf la photo en haut d’article)

capture-decran-2016-10-08-a-16-39-19

Oscar Wilde par Napoléon Sarony (1882)

-L’étape parisienne et ses rencontres avec Victor Hugo et Paul Verlaine. Il se mariera avec Constance Lloyd avec qui il aura deux fils.

Note personnelle  : On découvre l’un des célèbres tableaux d’Henri de Toulouse-Lautrec « La danse mauresque ». On y apprend que l’homme avec le chapeau haut de forme à gauche est Oscar Wilde.

la-danse-mauresque

« La danse mauresque » de Henri de Toulouse-Lautrec (1895)

-Les années créatives en deux étapes, avec l’écriture du « Portrait de Dorian Gray » mais aussi ses célèbres pièces de théâtre comme « L’importance d’être constant » ou « Salomé ». Cette dernière fut censurée, puis acceptée et adaptée par la suite plusieurs fois au cinéma. L’exposition y consacre une pièce entière avec beaucoup de croquis d’Audrey Beardsley notamment.

-Enfin, la période la plus sombre. Son procès, sa condamnation pour homosexualité, et sa mort des suites d’une méningite en 1900. Il est enterré une première fois à Bayeux puis transféré au Père Lachaise, dans un monument funéraire en forme de sphinx asexué.

capture-decran-2016-10-08-a-16-51-17

Tombe d’Oscar Wilde au cimetière du Père Lachaise

L’exposition en plus d’être didactique, est très agréable et bien pensée. Des aphorismes de l’auteur sont à découvrir dans les salles.

« On ne doit jamais faire ses débuts par un scandale. Il faut réserver cela pour l’intérêt de ses vieux jours »

« Tout art est parfaitement inutile »

« Dire des choses belles et fausses est le véritable but de l’art »

« Vivre est la chose la plus rare au monde. La plupart des gens se contentent d’exister »

« Nous sommes tous dans la boue, mais certains d’entre nous regardent vers les étoiles »

Exposition à découvrir au Petit Palais de Paris jusqu’au 15 janvier 2017