CINE « GET OUT » DE JORDAN PEEL

Get Out

Ce film n’est pas un film d’horreur, c’est bien plus subtil que ça. Chris, un jeune homme noir est amoureux de Rose, une jolie jeune femme blanche de bonne famille (la précision des couleurs de peau peut sembler un détail, et c’est tant mieux, mais dans ce film, elle a toute son importance.) Le couple part pour le week-end afin que Chris fasse la connaissance de ses beaux-parents.

Mais dès le départ, le malaise s’installe : Rose n’a pas prévenu ses parents que Chris était noir ce qui met le jeune homme dans l’embarras. S’ensuit alors toute une série de faits étranges qui vont mettre le spectateur sous tension : un violent accident de voiture en forêt, un contrôle de police qui dégénère et une rencontre faussement décontractée avec la famille de Rose : les domestiques de la maison sont tous noirs, le frère est complètement névrosé, le père est trop bavard et la mère hypnotise tous ceux qui ont le malheur de fumer comme Chris. Les malaises s’enchainent et l’intrigue se dessine intelligemment. La petite fête qui s’annonce, avec les amis de la famille, va prendre une très mauvaise tournure pour Chris.

Il y a bien sur des scènes quelques peu stressantes, typiques des films d’horreur, comme l’apparition puis la disparition d’une femme à la fenêtre, accompagnées d’une bonne vieille musique stridente ou encore ces meurtres où l’hémoglobine coule à flot. Mais soyons honnêtes, comme le propos est intelligent, ce n’est pas vraiment ce qu’on retient du film. Ce qu’on garde plutôt en mémoire, c’est ce racisme ordinaire. Ces propos tenus par les blancs à l’encontre des noirs, gênants et bourrés de clichés. A les entendre, ils auraient à nouveau élu Barack Obama pour un troisième mandat si cela avait été possible, ils adorent le golf et SURTOUT Tiger Woods, et tâtent avec malice les muscles de Chris pour s’assurer qu’un homme noir est bien fait et sous-entendent qu’il doit forcément assurer sexuellement.

Un film intelligent, savamment dosé en horreur et en humour, et qui interroge sur la question toujours bien présente du racisme latent aux Etats-Unis.

« Get out » de Jordan Peele – Actuellement en salles