CINE « RODIN » DE JACQUES DOILLON – LIVRE : « JE COUCHE TOUTE NUE » CAMILLE/AUGUSTE

IMG_0803

On entend beaucoup parler d’Auguste Rodin et de Camille Claudel ces derniers mois :

  • Le 26 mars dernier, a été inauguré à Nogent-sur-Seine, le tout premier musée consacré à la sculptrice.
  • Les œuvres du maître Rodin sont visibles au musée de la rue de Varenne à Paris mais également au Grand Palais jusqu’au 31 juillet.
  • Un film sur la relation entre Camille Claudel et Auguste Rodin est actuellement en salles, et un très joli livre de correspondances vient de paraître aux éditions Slatkine&Cie.

Difficile donc de passer à côtés de ces deux illustres personnages!

« Rodin » de Jacques Doillon

Le film de Jacques Doillon, présenté en compétition au dernier Festival de Cannes revient sur la liaison qu’a entretenu Auguste Rodin, avec son élève, Camille Claudel. Une passion dévorante qui a rythmé son existence. Le film présente plusieurs évènements forts de la vie du sculpteur, de façon chronologique. Passionnant pour ceux qui veulent (re)découvrir son œuvre, peut-être un peu ennuyeux pour ceux qui ne seraient ni fascinés par l’époque, par la sculpture ou par l’art. Les autres admireront le travail de Rodin quand il réalise de mémoire le buste de Victor Hugo, quand le sculpteur vit difficilement le jugement rendu pour ses Bourgeois de Calais, où quand il façonne avec soin et précision sa célèbre et magistrale Porte de l’enfer. Son travail s’inscrit dans un contexte amoureux particulièrement tourmenté. Depuis qu’il a fait la connaissance de Camille Claudel, son élève, il éprouve pour elle une passion dévorante. Une histoire d’amour faite de joies et de déconvenues qui ne trouvera malheureusement pas d’issue heureuse. Vincent Lindon est habité par son personnage, au point parfois de forcer un peu trop le trait. Izia Higelin, qui joue le rôle de Camille Claudel est quant à elle, à la fois naïve et sombre, obsédée par l’idée de ne plus faire du Rodin et de se démarquer définitivement de son professeur.

« Je couche toute nue » Camille/Auguste – Editions Slatkine 2017

Le livre « Je couche toute nue » nous dévoile plus en détails la liaison qui unissait les deux sculpteurs. Au fil des pages, le lecteur se retrouve dans l’intimité du couple. Habilement écrit afin de recontextualiser la vie des deux célèbres personnages, de nombreuses correspondances entre Auguste Rodin et Camille Claudel sont à découvrir. Leur rencontre à l’atelier et leurs premiers émois. En 1886, Auguste Rodin lui écrivait : « Ma féroce amie, je t’aime avec fureur » , « Il a fallu que je te connaisse et tout a pris une vie inconnue, ma terne existence a flambé dans un feu de joie. Merci car c’est à toi que je dois toute la part de ciel que j’ai eue dans ma vie. »

On découvre également la célèbre lettre d’engagement que le sculpteur envoie à Camille datée de 12 octobre 1986 et dans laquelle il semble vouloir enfin concrétiser leur amour.

Puis les lettres s’enchaînent, la vie suit son cours, et leur passion va tourner à l’orage. Rodin refuse de quitter sa compagne Rose, a qui il est attaché depuis de nombreuses années et qui lui a donné un fils. Mais Camille Claudel refuse de devoir partager cet homme. Le sculpteur fera néanmoins tout pour qu’elle soit reconnue par le monde de l’art, comme une femme de génie. Elle fera tout, de son côté, pour cesser de vivre dans l’ombre de son maître. La comparaison de son travail avec le sien lui étant devenue petit à petit insupportable. Ils arrêteront par la suite de se voir et de s’écrire. Camille Claudel sera internée en 1913. De nombreuses lettres rapportent la lente descente aux enfers de la jeune femme. De son côté, loin d’elle et sans nouvelles, le sculpteur mourra en 1917 en pleine gloire.

Un livre riche, particulièrement bien documenté, qui éclaire le lecteur sur une histoire d’amour tourmentée, mais pas seulement. Les nombreux personnages célèbres qui faisaient partie de la vie des deux sculpteurs sont à découvrir sous un autre jour. Cet ouvrage est également le témoignage d’une époque avec ses us et coutumes, soulignant avec détails le difficile travail des sculpteurs et des artistes en général.