CINE « THE CIRCLE » DE JAMES PONSOLDT

Capture d_écran 2017-07-24 à 16.28.19

Plongée dans un monde hyper connecté. Mae (Emma Watson), une jeune femme qui se morfond dans un quotidien bien sombre, très affectée par la maladie de son père, va soudainement être engagée pour travailler dans une gigantesque entreprise dédiée aux réseaux sociaux. C’est LA chance qu’elle attendait. La jeune femme ambitieuse va très vite être emballée par son nouvel environnement de travail et par la discours de son dirigeant (Tom Hanks). Après avoir fait ses preuves dans l’entreprise, elle va connaître un succès inattendu et devenir la première employé à accepter de dévoiler en direct, sa vie complète sur internet.

 Le cadre de travail de Mae apparait au départ bien séduisant : des centaines d’activités, un beau salaire, des salariés en apparence hyper friendly, et un dirigeant particulièrement accessible. Impossible de ne pas penser au célèbre Steve Jobs lors de la présentation de ses nouveaux projets. De son côté, l’entreprise ressemble plus à l’empire Facebook de Mark Zuckerberg, basée également à San Francisco.

Mais derrière ce joli décor se cache une toute autre réalité, bien moins enviable : en entrant dans cette entreprise, les employés doivent dire adieu à leur vie privée, toutes leurs données personnelles étant stockées sur un compte. Ils doivent également partager leurs moindres faits et gestes sur les réseaux sociaux. Et pour Mae, l’expérience sera poussée à l’extrême : ses données physiques vont être étudiées, elle deviendra même la première salariée à filmer en direct son quotidien afin de le partager sur les réseaux sociaux.

Ce film plutôt intelligent pose de nombreuses questions. Doit-on tout connaitre, tout filmer, tout partager ? Où sont les limites d’une telle transparence ? Les caméras que souhaitent installer l’entreprise un peu partout dans le monde sont-elles là pour nous protéger ou pour nous surveiller ? Pour le dirigeant de l’entreprise, la question du droit ne se pose même pas, des caméras invisibles et posées un peu partout dans le monde, pourraient éviter de sanglantes dictatures, empêcher des accidents, retrouver un proche disparu ou encore rattraper des prisonniers en cavale. L’entreprise voit même encore plus loin en envisageant de créer un compte pour chaque citoyen et d’organiser les élections. Quand l’entreprise devient plus puissante que l’Etat… 

Une transparence qui a forcément des conséquences négatives. Une vie privée inexistante, des proches impactés, des millions de followers qui ne s’avèrent être que des fantômes. C’est la fin des relations réelles : tout se passe dans un monde virtuel et individuel. Un film intéressant par son propos, un « Truman show » volontaire, un « 1984» plus actuel mais néanmoins moins impactant, surement a cause d’une chute particulièrement floue et décevante.

 « The Circle » de James Ponsoldt – Actuellement en salles