EXPO « GHOST STORIES » LIU BOLIN À LA MEP

IMG_1412

Découvrez les performances de Liu Bolin, cet artiste chinois qui se fond dans le décor. Une oeuvre ludique, mais pas seulement : elle cache également de nombreux messages.

Tout à commencé en novembre 2005, quand le gouvernement chinois décide de détruire l’atelier de Liu Bolin en prévision des Jeux Olympiques. Pour contester cette décision, ce diplômé des Beaux-Arts va alors s’intégrer dans les ruines de son studio d’artiste. Par la suite, l’artiste s’amusera à se cacher pour passer des messages. Une  protestation silencieuse. Chaque performance nécessite beaucoup de travail. Liu Bolin peut rester des heures devant de nombreux décors. Ses peintre-assistants font ensuite le reste du travail.

Dans cette rétrospective présentée à la MEP, quatre thèmes développés par l’artiste sont à découvrir : « Politique et censure », « Tradition et culture chinoise », « Société de consommation » et « Information, médias et liberté de la presse ». Dans les salles de l’exposition, on s’amuse à chercher le corps de Liu Bolin entre des carcasses d’animaux, entouré de téléphones portables ou devant les rayons de nouilles instantanées. Dans un recoin de l’expo, ne manquez pas la vidéo qui explique son travail et les membres de la rédaction de Charlie Hebdo, noyés dans les Unes du journal.

IMG_1405

IMG_1401

IMG_1402

IMG_1403

IMG_1406

IMG_1409

IMG_1411

IMG_1413

IMG_1414

IMG_1415

« Ghost Stories » au musée de la photographie européenne – Jusqu’au 29 octobre