EXPO « IRVING PENN » AU GRAND PALAIS

IMG_1653

Irving Penn (1917 – 2009) est connu pour ses nombreux clichés de célébrités lorsqu’il travaillait pour le magazine Vogue. Mais l’exposition donne plus à voir que ces célèbres portraits. On y découvre sa recherche permanente sur les visages, les silhouettes, les courbes et les postures.

Dans une première salle, on découvre des natures mortes datant des années 40. Ce ne sont pas de simples fruits ou fleurs, non, Irving Penn tente de raconter une histoire. Les personnages ont disparu mais leurs effets personnels restent, comme figés, comme ce sac de femme ouvert …

IMG_1623

Viennent ensuite des portraits de personnalités. On croise Dali, Jean Cocteau, Truman Capote jeune, le réalisateur Alfred Hitchcock. Il place ses modèles dans l’angle de deux cimaises fixées sur un châssis. L’aspect brut du décor donne des portraits dépouillés de tout artifice.

Dans la salle qui suit, des photos de mode, de l’époque de Vogue (1947 – 1951).  Les fêtes et les mondanités perturbent le photographe qui préfère travailler en studio. Un atelier à Paris lui est trouvé. Il réalisera alors de nombreux portraits de femme. Il donne à voir non seulement leurs visages, leurs traits mais aussi leurs vêtements : le tombé d’un tissu, un chapeau …

IMG_1629

IMG_1655

IMG_1632

Fin novembre 1948, Irving Penn part à Lima pour Vogue. Il en rapporte des clichés sublimes d’habitants du village de Cuzco. Tous sont vêtus de costumes traditionnels.

IMG_1634.jpg

Entre 1950 et 1951, Irving Penn photographiera « les petits métiers ». Il capte dans son objectif  l’élite, les mannequins, les célébrités : mais il s’intéresse aussi aux petites gens. Ainsi, le vitrier, le marchand de concombre, la marchande de ballons poseront pour lui.

Des années plus tard, il continuera des séries de portraits de personnalités. Irving Penn insiste :  il souhaite que ses photographies aient la même force que des tableaux.

IMG_1638

IMG_1639

IMG_1654

IMG_1656

IMG_1642

S’ensuit à l’étage du Grand Palais, une série de nues. Des femmes dont on ne voit pas les visages, qui posent dans toutes les positions. Des minces et des grosses : « des femmes réelles dans des situations réelles », « sans le filtre de la mode ou de la bienséance ».

IMG_1644

On trouve ensuite de nombreux portraits réalisés par Irving Penn pendant ses voyages. Il a photographié des hommes et des femmes à travers le monde. Pour Vogue, il part à la découverte de l’Afrique et dans la région d’Asie Pacifique de 1967 à 1971. Sa tente lui tient alors lieu de studio.

IMG_1645

IMG_1652

En fin d’exposition, on découvre une série de photos sur les cigarettes datant de 1972. Des mégots récupérés dans les caniveaux. Détestant le tabac, il tente à montrer une nation délaissée par l’irresponsabilité des entreprises et du gouvernement. S’ensuivent des photos de quelques natures mortes. Une dernière salle propose de nouveaux portraits de célébrités : Gianni Versace, John Galliano ou encore Richard Avedon. On notera cette photo de son frère, Arthur Penn, le réalisateur de « Bonnie and Clyde » accompagné de Warren Beatty.

IMG_1648

IMG_1649

Une exposition très riche qui montre toute l’étendue du travail du photographe. Loin d’être seulement un artiste qui multipliait les clichés de célébrités pour Vogue, Irving Penn avait posé son regard unique sur la société. Un travail inspiré et inspirant.

Irving Penn – Grand Palais jusqu’au 29 janvier 2018