CINE « FAUTE D’AMOUR » D’Andrey Zvyagintsev

Ne pas reproduire ; Faute d'amour

Un film qui porte admirablement bien son nom. Tout semble dit dans les premières scènes du film. Boris et Genia ne s’aiment plus et veulent divorcer. Et aucun des deux parents ne souhaitent la garde du petit Aliocha, 12 ans. La mère aboie, le père taiseux lui fait comprendre qu’il la déteste, les portes claques et Aliocha spectateur caché de la scène, fond en larmes. La suite ne sera pas beaucoup plus joyeuse. Le jeune enfant en manque terrible d’attention et d’amour va décider de fuguer. Occupés dans leurs nouvelles vies respectives, découchant à droite et à gauche, Boris et Genia s’apercevront très tard de l’absence du petit garçon.

Après la découverte de sa disparition, quelque peu inquiète, Genia va tout de même décider de faire appelle à la police russe qui ne pourra pas vraiment l’aider. Une équipe de bénévoles prend alors le relai. Et quand des questions sont posées aux parents pour connaître les amis d’Aliocha, les élèves de sa classe et ses hobbies ; grand moment de gêne : les parents ont bien du mal à trouver des réponses, c’est dire à quel point ils connaissent mal leur enfant… Quelques minutes plus tard, Génia confiera à son nouvel amant qu’elle voulait avorter, qu’elle ne voulait pas de cet enfant, au point de ne pas avoir de lait dans ses seins à la naissance du petit garçon … Voilà pour le décor.

Une tragédie durant laquelle les parents vont tenter de retrouver cet enfant qu’ils n’ont jamais voulu. Deux êtres perdus qui vont errer, se déchirer, tels des fantômes sans âme et surtout sans coeur.

« Faute d’amour » d’Andrey Zvyagintsev – Actuellement en salles