EXPO « BARBARA » À LA PHILARMONIE DE PARIS

IMG_6693 (1)

Si vous aimez la chanteuse en noir, le mystère qui l’entoure, si sa voix et ses textes chargés de mélancolie vous émeuvent et vous transportent, courrez à l’exposition de la Philharmonie de Paris. Et si vous ne connaissez pas du tout Barbara, c’est une bien jolie manière de faire sa connaissance.

Vingt ans après sa mort, la Philharmonie de Paris a décidé de rendre hommage à la chanteuse en noir. Une belle réussite. L’exposition, sombre, magnétique et mystérieuse, à l’image de la chanteuse, se déroule entre de lourds rideaux rouges.

Elle débute par de jolis clichés montrant l’enfance de Barbara, dont le vrai nom était Dominique Serf, une petite fille juive et pauvre, née en 1930 et dont l’enfance sera meurtrie par la guerre. Elle connaitra l’errance de ville en ville, la découverte de Bruxelles puis des cabarets parisiens dont l’un, nommé l’Ecluse, a été joliment reconstitué pour l’occasion. « C’est là que j’ai commencé respirer, que tout s’est déclenché » confiera Barbara. Par la suite, elle arrêtera de chanter les chansons des autres pour interpréter ses propres textes, ses « petits zinzins » comme elle aime les surnommer.

Barbara imposera par la suite sa silhouette, son émotivité et sa voix, et partira à la rencontre de son public lors de longues tournées, accompagnée de son piano. De nombreuses photos et vidéos montrent la chanteuse dans son intimité. Beaucoup de vinyles et de textes inédits gribouillés de la main de la chanteuse sont à admirer.

Barbara s’essaiera également au théâtre, au cinéma ou encore à la comédie musicale comme celle avec Gérard Depardieu intitulée « Lili Passion ». De nombreuses photos et affiches d’époque sont offertes au public. Une partie de l’exposition est par la suite consacrée à son refuge, sa maison de Précy-sur-Marne. Viennent ensuite les photos de ses concerts en France sous le chapiteau de Pantin ou encore à l’étranger comme cette grande représentation à Tokyo. Barbara s’investira dans de nombreux combats. Elle s’engagera contre le sida et pour les autistes et les prisonniers.

Une exposition riche de documents inédits, mis en valeur par une très belle scénographie. Un doux moment, où la voix fragile de Barbara accompagne avec émotion les pas du visiteur.

A découvrir également le superbe film de Mathieu Amalric !

Exposition « Barbara » du 13 octobre 2017 au 28 janvier 2018 à la Philharmonie de Paris – 11 euros