CINE « DOWNSIZING » D’ALEXANDER PAYNE

Downsizing

Dès la sortie du film, me voilà déjà au cinéma. Ce long-métrage, par son propos farfelu mais non moins intelligent du « downsizinig » et Matt Damon choisi pour interpréter le rôle principal m’ont tout de suite convaincu. J’avais adoré l’acteur dans le film « Promised land » de Gus Van Sant en 2013 dans le rôle de cet américain moyen avec de grands projets qui va découvrir une toute autre réalité. Dans la bande-Annonce de « Downsizing » c’est un peu ce personnage que j’ai retrouvé. L’histoire d’un homme qui a du mal à boucler ses fins de mois et qui va prendre un risque énorme pour s’offrir une vie meilleure. Mais sa vision du monde va être quelque peu chamboulée.

Pour lutter contre la disparition de l’espèce humaine et sauver la planète, des scientifiques ont mis au point le downsizing : ce qui signifie réduire les hommes à une taille d’environ 12 centimètres et ainsi économiser l’oxygène et les ressources humaines. Un choix irréversible mais la promesse d’augmenter considérablement son niveau de vie. Après avoir mûrement réfléchi, Paul décide avec sa femme de sauter le pas. Une nouvelle vie les attend, bien loin de tout ce qu’ils avaient pu imaginer.

Un film intelligent qui propose avec humour une solution pour sauver notre planète et avec elle, l’espèce humaine. Mais très vite, l’idée brillante du « downsizing » a ses limites. Le monde peuplé de personnes de petite taille fait face aux mêmes problèmes qu’avant : consumérisme, égoïsme, perte d’identité. L’homme semble toujours plus intéressé par la recherche de son propre petit confort quotidien que par la protection de l’environnement. Une satire sociale mordante très réussie.