CINE « EVERYBODY KNOWS » D’ASGHAR FARHADI

 

IMG_1753

Un film en deux temps. Un début solaire, bruyant, virevoltant, avec des présentations, la joies des retrouvailles, les derniers préparatifs du mariage. Puis une deuxième partie nettement plus lente, sombre et angoissante. Un long-métrage bien mené où une disparition laisse place aux règlements de comptes en famille, aux non-dits, aux secrets tus trop longtemps et à l’éclatement inévitable de la vérité.

Laura (sublime Penelope Cruz) vit en Argentine avec ses deux enfants et son mari. A l’occasion du mariage de sa soeur, elle revient à Madrid, où elle a grandi sans son époux mais avec ses enfants. Elle y retrouve sa famille, ses amis mais également Paco (Xavier Bardem) son ancien amant. Alors que la fête bat son plein, Laura découvre que sa fille, prénommée Irene, a disparu…

En première partie du film, difficile de déceler tout de suite la patte du réalisateur iranien Asghari Farhadi. Tourné à Madrid, en langue espagnole, l’histoire débute sur les chapeaux de roues, dans l’enthousiasme général. Une ambiance caliente, des personnages tactiles et bavards, loin de ceux de ses précédents films comme A propos d’Elly ou encore Le passé. En seconde partie,inévitablement celle la plus intéressante, on retrouve enfin des personnages complexes et torturés, des situations familiales qui virent à la crise de nerfs, des secrets qui ne demandent qu’à être révélés et une ambiance terriblement électrique et dérangeante, en clair ce que l’on attendait du réalisateur.

A mon sens, un bon film, habilement mené, où les deux acteurs principaux semblent à tout moment au bord du gouffre, comme prêts à imploser. Penelope Cruz, en mère éplorée en fait parfois un peu trop, face à un Xavier Bardem sensible, force tranquille, habité par son rôle et particulièrement juste. Un drame qui se suit avec intérêt et dont la fin (réussie) n’est finalement pas ce qui marque le plus. L’essence même du film réside dans cette histoire de famille, ses rancoeurs, ses affaires d’argent et son lourd secret…

Actuellement en salles

Ce film a fait l’ouverture du 71e festival de Cannes et fait partie de la sélection officielle