LIVRE – « JE RESTE ICI » DE MARCO BALZANO

IMG_3910.JPG

 

 

 

 

 

 

Ouvrir ce livre, c’est plonger dans l’histoire de cette vallée, au sein de cette famille  de paysans et lire avec émotion les confidences d’une femme nommée Trina qui semble avoir vécu mille vies en une seule. De la grâce, de la beauté s’échappent de ces pages.

Dans ce roman écrit à la première personne, le lecteur découvre les confidences de Trina qui s’adresse à sa fille Marica qu’elle ne voit plus. L’auteure relate sa vie et débute son récit lorsqu’elle a 17 ans et que son existence n’est qu’insouciance. La jeune femme vit dans un petit village de montagne baptisé Curon, situé dans le Haut-Adige. Un quotidien tranquille de jeune institutrice, qui va être rapidement bouleversé à la suite de la Première guerre mondiale. Curon, situé sur le territoire autrichien est annexé par l’Italie. Fini la langue allemande, il faut désormais s’exprimer, et même penser en italien. Trina va alors faire le choix d’entrer en résistance… Epaulée par Erich, celui qui deviendra son homme, la jeune femme enseigne l’allemand en cachette et s’oppose ainsi de manière frontale aux mussoliniens.

Sans répit la seconde guerre mondiale changera la donne, et apportera son lot de nouvelles épreuves. La menace nazie rôde et sème le trouble entre espoir et crainte, dans le village et dans la tête des habitants. Certains décident de tout quitter, quand d’autres s’accrochent farouchement à leurs terres. Trina et Erich font partie de ceux qui ne quitteront pas la vallée, trop attachés à leur passé mais aussi et surtout parce qu’ils n’ont nulle part où aller… Mais la vie ne leur laissera pas le choix. Rester c’est mourir, partir c’est survivre. Un beau jour, ils décident de fuir dans les montagnes. Débutera alors un long périple, dans une nature hostile qui ne leur laissera pas d’autres options que de tuer pour survivre…

Un livre empreint de fragilité et de courage, retraçant l’existence douloureuse d’une femme simple, sans vice et sans fortune qui n’a pour richesse que sa famille et ses cette vallée. Les guerres, la fuite, la perte des êtres chers : tant d’épreuves racontées qui ne peuvent provoquer que l’empathie chez le lecteur. D’autant plus que cette histoire est inspirée de faits réels. Ce qui est raconté dans ces pages, des villageois l’ont vécu dans leurs chairs. Cette fiction prend alors un tout autre visage et n’en est que plus bouleversante.